Trop tard

4 Contributions Démarré le : 19/12/2016

Écrit par : Coraline Legrand

Le Prisonnier de l'arbre

Extrait

Comme beaucoup d'hommes, Ibrahim Timzouert conduisait fort mal.

 

Il était en détachement sur une affaire de crime passionnel à Argenteuil quand le commissaire de Boulogne lui avait téléphoné pour lui apprendre la nouvelle : une voiture avait percuté Samia sur un passage clouté devant le bois de Boulogne et avait prit la fuite. Le commissaire Nguyen avait énoncé ces simples mots avec une voix aussi impersonnelle et pragmatique que s'il s'agissait d'un bulletin météo ou du dernier rapport d'enquête sur l'affaire numéro trente-deux. Néanmoins, il avait pris la peine d'appeler lui-même son ancien capitaine pour lui annoncer la mort de sa fille.

 

Voir

Écrit par : Amalia Pamuk

L'atelier d'Irina

Extrait

Vers deux heures, Mariette se présenta, un peu intimidée, à l’adresse indiquée par son assureur.

C’était un pavillon de banlieue construit au début du siècle, avec une jolie façade, entouré d’un grand jardin mal entretenu. 

En appuyant sur la sonnette du portillon, elle fut prise d’un léger vertige. Pourquoi faisait-elle cette démarche ? Se jetait-elle dans l...

Voir

Écrit par : charles Duttine

Gare au carambolage

Extrait

Mariette était totalement KO après ce choc : elle venait de tuer quelqu’un, se disait-elle ! Elle ne cessait de se le répéter. Elle osait à peine regarder la victime tout éclaboussée de sang qui gisait là, à côté de sa voiture. Hébétée, elle assista à l’arrivée des policiers et des pompiers ; elle suivait sans comprendre tout le ramdam et la noria parfaitement orchestrés qu...

Voir

Écrit par : Vincent Tournesol

Tout est permis

Extrait

Son petit-déjeuner bio-détox avait fait l’aller-retour. Robert avait failli s’étouffer en découvrant le prix du paquet de muesli chez Your Nature, c’était bien la peine !

- Tu dilapides, ma chérie, lui serinait-il le matin en parcourant les pages saumon du Figaro.

Mariette profitait grassement du salaire confortable de son deuxième époux. Se laiss...

Voir

Écrit par : Marie Line Musset

Trop tard

Extrait

Comme beaucoup de femmes, Mariette conduisait fort mal.

Bercée par son propre roulis, perdue dans le menu fretin de songes divers, elle laissait son regard errer distraitement sur le macadam des rues qu’elle connaissait par cœur, et profitait de cette parenthèse pour revisiter son petit monde de pied en cape. Lui venaient alors, au milieu des coups de klaxon qu’elle déclenchait,...

Voir