Ce site est encore en développement. N’hésitez pas à nous faire savoir si vous rencontrez un bug. Merci de votre aide :)

Aurore of Oz

Retour à l'arbre

Enfin la fête se déroulait comme Aurore le voulait ! Ses invités n'étaient pas très loquaces mais lui répondaient volontiers lorsqu'elle s'adressait à eux directement. Aurore se disait qu'ils devaient certainement profiter de la douceur des mi.gni.ar.dises et de la chaleur du bon thé aux odeurs de menthe. Elle laissait le silence prendre la parole pour elle.

Trop occupée à jouer l’hôtesse parfaite, Aurore ne remarqua pas le changement de climat. Les nuages s'étaient invités discrètement au goûter. L'herbe qui s’étendait sous leurs pieds de part et d’autre du jardin ne brillait plus sous le soleil. Les nuages s’étaient invités discrètement au goûter. Ce dernier avait finalement un imprévu et s'était dérobé sans demander son reste.

Aurore sentit un souffle dans ses jolies boucles. La nappe de la petite table autour duquel ils étaient assis virevoltait de tous les côtés. Le poil de Lord Wellington tressaillait. Lady Susan dévoilait ses bas sous sa robe de soie. Le commandant Paddy hoquetait de gauche à droite, comme pris dans une danse hivernale. Aurore s'essuya les lèvres et mit ses mains sur ses hanches.

-Vous n'arriverez donc jamais à vous tenir ?! Nous sommes en plein tea part

En guise de réponse, le vent poussa Aurore de sa chaise. La petite fille tomba en arrière, ses cheveux atterrissant dans un amas de terre et sa robe blanche se couvrant de traces d'herbe fraîche. Elle secoua la tête de tous les côtés pour constater les dégâts, puis passa ses doigts potelés dans ses boucles blondes. Elle fit un «Oh » dégoûté avec sa bouche en fixant la boue qui s’était créée sur sa main. Elle fronça des sourcils. Personne ne l'aidait à se relever. Personne ne se souciait d'elle. Elle qui faisait tant pour tout le monde. On la laissait tomber une fois de plus. Une fois de trop. Ses yeux chocolat s'embuaient de larmes. Ça piquait sur ses joues. Elle tira la langue sur le côté pour tester ce liquide qui coulait jusque ses lèvres. Ses pleurs avaient un goût salé. Comme la mer. Elle se souvenait de sa mère qui lui disait que l'eau de l’océan l'aiderait à cicatriser ses plaies. Et qu'en était-il de sa peine ? Qu'est ce qui viendrait apaiser sa déception ? Qui est ce qui l'aiderait à se relever ?

Il n'y avait qu'elle. Elle ne pouvait attendre rien de quiconque. Elle ferma les yeux, et chercha au fond d’elle-même cette assurance qu'elle n’avait besoin de personne. Un feu s'alluma en elle. Le vent pouvait continuer de souffler tant qu'il voulait, il ne pouvait éteindre ce qui l'animait. Une confiance absolue qu'elle saurait renverser la situation. Une certitude en sa capacité à reprendre le contrôle. Elle rouvrit les yeux. Son regard avait pris une couleur violine, le temps d'un instant. Elle écarta les bras. Et elle parvint à se soulever. Comme portée par les airs. Elle se releva, droite, la tête haute, faisant face à ses invités, forcés de constater qu'elle ne se laisserait pas facilement abattre.

-Merci, vous servez vraiment à rien !

Lady Susan semblait vouloir prendre la parole, mais Aurore l’interrompit.

-Vous allez réfléchir à ce que vous avez fait, ou plutôt ce que vous n’avez pas fait.

Elle tendit la main derrière elle, sans jeter un seul regard. Elle remit la chaise debout d'un seul coup. Elle quitta la scène du goûter, en marchant d'un pas déterminé vers le manoir, laissant ses «amis » pour abandonnés. Ou libres de partir, quitte à choisir.

Lorsqu'elle ne fut plus qu'un point au loin sur le pas de sa porte, on pouvait percevoir un chuchotement se glisser dans le souffle du vent.

-C’est le moment ou jamais.

A suivre

Vous connaissez un auteur talentueux ?

Inscrivez-vite son adresse email, nous lui enverrons une invitation pour qu’il découvre notre plateforme collaborative !