Ce site est encore en développement. N’hésitez pas à nous faire savoir si vous rencontrez un bug. Merci de votre aide :)

Fleurs coupées

Retour à l'arbre

Elle resta là plusieurs heures, dans son fauteuil. De plus en plus rigide, virant au jaune ivoire.

La fleur d’oranger passait, elle aussi, submergée peu à peu par des effluves moins légers, plus denses, qui l’air de rien venaient rendre justice à ma haine.

Adeline sentirait de plus en plus mauvais, maintenant. Et son odeur, d’heure en heure, de jour en jour puis d’année en année, ne viendrait que légitimer tout ce qu’elle représentait pour moi, ce goût de pourriture qui m’avait si souvent donné envie de vomir.

La si jolie sœur qui m’avait si profondément supplantée, la si ravissante créole sur laquelle tous les hommes se retournaient, jusqu’à me voler le seul bonheur de ma vie, sombrait vers le cadavre décharné, sans couleur, répulsif, puant.

Bien fait.

Fleur d’oranger ou pas, nous sommes tous des fleurs coupées.

A suivre

Vous connaissez un auteur talentueux ?

Inscrivez-vite son adresse email, nous lui enverrons une invitation pour qu’il découvre notre plateforme collaborative !