Ce site est encore en développement. N’hésitez pas à nous faire savoir si vous rencontrez un bug. Merci de votre aide :)

LA GRINGA ET LE BOSS

Retour à l'arbre

Contributions précédentes de la plus ancienne à la plus récente

Participez au premier atelier d'écriture olfactif en partenariat avec le labo de l'édition ! De nouveaux rendez-vous sont prévus d'octobre à décembre 2018 au Labo de l'édition à Paris. Vous pouvez aussi envoyer vos textes à partir de notre site. 

RHUM ?

Ce matin, je suis réveillé, affalé sur la moquette dans un état semi-comateux. Avec une gueule de bois carabinée. Il me semble avoir abusé de quelque chose hier soir. Était-ce de l’alcool, de la marijuana, de l’extasy ou que sais-je encore ? J’espère que ce n’était pas de la cocaïne. Probablement pas, car l’état d’égarement de mon mental, à cet instant précis, ne correspondait pas à ce stupéfiant. Je sais bien que la plupart des cadres de ma boîte en sniffent juste avant de rencontrer le big boss, quand ils sont sur la sellette pour leur évaluation annuelle. Par bonheur, ne suis pas dans ce cas. Mon job échappe, tant soit peu, à la religion de l’entreprise, le reporting et la profitabilité. En tant que facilities manager ma tâche consiste à dépenser de l’argent plutôt que d’en faire rentrer. Je suis toujours dans les clous dans la gestion de mes budgets et rarement je les dépasse de plus de 10 %, ce qui est communément admis.

Mais pourquoi tous ces cadavres, qui n’ont rien d’exquis ? Ils traînent sur la moquette et seules leurs flamboyantes étiquettes jettent un éclat lumineux dans ce capharnaüm. On peut y défricher les lettres R, H, U, M. Que peut bien signifier cet acronyme ? Ou est-ce un mot ? Rome ? Comme la ville éternelle. R.O.M.E. comme la nomenclature des métiers de l’antique A.N.P.E. ? Ou bien rhum comme le rhum ? Ce n’est pas possible, car je ne bois jamais, enfin presque jamais. Alors pourquoi ces cadavres sur ma moquette ?

Concentrons-nous, pitié, un petit moment de lucidité. Que s’est-il vraiment passé hier soir, en fait durant cette nuit ? Ça y est, ça me revient par petits flashs. J’ai rencontré une femme, genre gringa, attifée comme une vitrine de fleuriste. Elle m’a fait boire un drôle de truc, que je ne connaissais pas. De la batida de coco. C’est bon, c’est sucré, ça se laisse couler comme le petit Jésus dans une culotte de velours dans un gosier qui en veut, en veut, en veux-tu, en voilà ! Puis nous avons dansé non pas en abrazo comme au tango, mais plutôt un soliloque narcissique. Ensuite, d’errance en errance, de dérive en dérive, de fil en fil tout de blanc cousu, nous avons échoué chez moi. La montée des escaliers fut héroïque, pour ne pas dire pathétique. La serrure de l’appartement résista à peine un quart d’heure. Il me semble que la moquette se jeta sur moi et m’enveloppa affectueusement.

Mais alors, pourquoi tous ces cadavres sur le sol ? La gringa, avait-elle commis tous ces assassinats avant de disparaître sous le linceul de la nuit ?

Non, tout cela n’est pas réel. Ce n’est pas possible. Ce ne serait pas digne de moi. Il ne me reste plus qu’à jeter ces scories dans des containers prévus à cet effet. Je vais devoir téléphoner à la boîte pour leur dire que j’ai attrapé une grippe. Au mois de juin ? Pourquoi pas, tout peut arriver.

Des pic-verts s’attaquaient à mon crâne comme des marteaux-piqueurs frénétiques.

Le standard n’a pas décroché tout de suite quand j’ai appelé la boîte, une petite musique de jour agressait mes tympans meurtris.

« Toutes nos lignes sont occupées, un opérateur va prendre votre appel »

J’ai raccroché, il était préférable de reprendre mes esprits avant de balancer une excuse bidon.

Toutes mes articulations étaient douloureuses, j’avais l’impression d’avoir été passé à tabac, de fins sillons rougeâtres entaillaient mes poignets. Le chemin vers la salle de bains me parut interminable.

L’eau glacée m’a donné un petit coup de fouet, quand j’ai vu mon reflet dans le miroir j’ai eu un mouvement de recul. Sur la tablette, un tube de rouge à lèvres oublié me rappelait vaguement quelque chose.

« Patrick, putain, jamais à domicile, c’était pourtant la règle »

Un job de prestige comme le mien est un sésame pour les conquêtes. Je dois dire que je ne m’étais jamais privé de sauter sur toutes les occasions qui se présentaient. Et elles ne manquaient pas. Avec l’alcool et ce qu’on se mettait dans le pif, on était vite détendu. Les clientes étaient plutôt partantes, je peux dire que j’ai baisé polyglotte. La gueule de bois était parfois sévère, mais rien de comparable à ce matin.

Comme des algues abandonnées, de longs cheveux bruns dénotaient sur l’émail immaculé de ma douche balnéo.

« Patrick, putain, t’as complètement perdu le contrôle ou quoi »

Je me suis assis sur les toilettes et j’ai rappelé la boîte. Une mauvaise chute serait plus crédible que la grippe vu l’état dans lequel j’étais.

-Allo, c’est Patrick Francoeur, pouvez-vous me passer Martinez ?

C’est pendant ce léger moment de flottement que j’ai eu le flash back décisif.

-En este momento mi amor. Je m’inquiétais pour toi.

Plutôt gentille, la gringa.

-Dis donc, Patrick, que se passe-t-il ? On avait besoin de toi pour la réunion de ce matin, tu sais que c’est un client difficile. Heureusement, Juliette t’a remplacé au pied levé. Elle va faire son chemin dans la boîte la petite.

Comment s’appelait-elle déjà ? Un prénom en P, Pandora, Priscilla ou…  ?

-Écoute-moi bien Martinez, je suis rentré très tard hier soir, un peu éméché il faut bien le dire, et j’ai fait une mauvaise chute dans l’escalier, ce con d’ascenseur m’a fait le coup de la panne.

Une panne qui a bien pu parler de panne ?

-Rien de cassé ?

-Non rien, mais un sacré coup de…

Il va bientôt me lâcher la grappe, j’ai le ciboulot en capitolade.

-… après une journée de repos, je serai opérationnel dès demain matin. Remercie Julie de ma part.

-Je n’y manquerai pas, mais méfie-toi, elle n’a pas ses deux pieds dans le même sabot.

-T’inquiète, j’assure encore.

-A demain, on compte sur toi.

-C’est ça.

Une bonne douche et je serai d’équerre. Un café salé, un Alkaselzer et un verre d’eau argileuse pour faire baisser le ph de mes intestins. Ah ! le prénom me revient, Pénia. Je ne le crois pas, la déesse de la pauvreté, c’est-à-dire des emmerdes. Et puis, qu’il y a-t-il d’écrit au rouge à lèvres sur le miroir de la salle de bain ? Bienvenido en el club. Club, quel club ? Le Club Med ? C’est passé de mode. Ceux qui y vont encore sont des has been. La bonne époque est révolue, on pourrait dire que ça s’est embourgeoisé. Les prix ont suivi et les GO se démènent toujours aussi fébrilement pour créer une ambiance débile. Ils se sont maintenant transformés en escort boy, à la mine fatiguée, aux traits tirés et aux objectifs impératifs. Ce qui, à l’époque, était un plaisir est devenu une corvée, se taper toutes ces bourges, à croire qu’Emma Bovary à fait des émules. La liberté sexuelle a fait long feu, les parties de jambes en l’air sont plus ou moins devenues une obligation. Sortez, mais sortez couvert. Le Club Med est-il devenu l’AIDS Club ? Et ma charmante petite gringa ne m’a-t-elle pas convié à ce club très ouvert ? Il n’est même pas nécessaire d’être introduit par un parrain, et ce sans cotisation annuelle. Pénia m’a dit qu’elle était une ancienne GO. Ancien veut dire qu’elle a passé la trentaine et qu’il faut vite se recycler. Alors que signifie ce Bienvenido en el club ? Une invitation aux soirées latino, sur les péniches du bord de Seine. Ou bien le partage d’un érotisme qui serait l’approbation de la vie jusque dans la mort ? Comme l’écrivait George B. dans son traité de philosophie.

A suivre

Vous connaissez un auteur talentueux ?

Inscrivez-vite son adresse email, nous lui enverrons une invitation pour qu’il découvre notre plateforme collaborative !