Ce site est encore en développement. N’hésitez pas à nous faire savoir si vous rencontrez un bug. Merci de votre aide :)

Le chef d'oeuvre

Retour à l'arbre

Le second roman de Colombin serait très différent du premier.

Il serait court, dense, nerveux, et éviterait les épanchements baroques de sa précédente prose.

"La mode est aux récifs brefs qui se lisent le temps d'un TGV" venait de lui redire son éditeur.

"Et surtout, il faudrait davantage de  chair" avait-il ajouté, sans se douter que l'expression avait avait déroulé dans l'esprit de Colombin des images de viande rouge à l'abattoir.

Colombin acquiesçait. Il égrènerait son récit de quelques scènes bien crues. Son prochain héros ? Il le tenait déjà. Un quinqua bisexuel, solitaire, psychopathe. Un personnage fragile, ombrageux, déstructuré. Terriblement attachant. Qui jetterait son mal de vivre à la face du lecteur, comme une matière brute marquée d'entailles.

Colombin plongerait en apnée dans la noirceur de ce pathos, embrasserait cette pâte humaine meurtrie, se perdrait dans la complexité de ses replis comme dans les tentacules d'un monstre des abysses. En même temps, il saurait révéler, ici ou là, des failles lumineuses, seuls témoins d'un soleil lointain délivré à travers les interstices d'un plancher pourri.

Colombin posa son stylo, passa la main sur sa barbe de deux jours. Il le voyait déjà, son personnage de chair libéré du conformisme des fictions puériles. Il l'appellerait Gaspard. Comme Gaspard de la nuit. Il le marquerait au fer rouge de son époque morose. Et tant pis s'il n'allait faire rêver personne.

Ce serait, à n'en pas douter, un chef d'oeuvre de réalisme contemporain.

A suivre

Vous connaissez un auteur talentueux ?

Inscrivez-vite son adresse email, nous lui enverrons une invitation pour qu’il découvre notre plateforme collaborative !