Ce site est encore en développement. N’hésitez pas à nous faire savoir si vous rencontrez un bug. Merci de votre aide :)

Modèle à nue

Retour à l'arbre

Contributions précédentes de la plus ancienne à la plus récente

Participez au premier atelier d'écriture olfactif en partenariat avec le labo de l'édition ! De nouveaux rendez-vous sont prévus d'octobre à décembre 2018 au Labo de l'édition à Paris. Vous pouvez aussi envoyer vos textes à partir de notre site. 

Les premiers rayons de soleil s’infiltraient par la mansarde d’un petit vingt mètres carrés en plein cœur de Paris. La pièce boisée du sol au plafond, prenait alors une teinte mordorée. Au centre de la pièce, un chevalet supportait une grande toile où se dessinaient les traits d’un personnage encore non identifiable. Le travail n’en était qu’à son début et son auteur, dont le pied dépassait d’une couette épaisse, se réveillait petit à petit avec cette lumière automnale.

Se levant comme un pantin sans fils, Agedha s’étira en baillant à s’en faire décrocher la mâchoire. Après une toilette rapide dans le seul lavabo de sa chambre-salle-de-bain-cuisine-salon, il passa une main sur son crâne presque rasé et s’installa devant sa toile.

Fermant les yeux, il se pencha dessus et respira l’odeur qui s’en dégageait. Doucement, les effluves asséchées de sa peinture lui apprirent qu’il pouvait continuer de travailler. Mais que serait un artiste sans son modèle ? Ses doigts passèrent sur les reliefs de sa toile. Elle serait son chef d’œuvre, son portrait de Dorian Gray, sans malédiction ni magie en revanche.

Passant une chemise blanche et ample, relevant ses manches et enfilant un pantalon de lin qu’il noua d’une ceinture de chanvre, il était presque prêt à recevoir son modèle.

D’une main qui avait mille fois fait ces gestes, il dévissa ses tubes et en déversa une partie sur sa palette, méthodiquement, dans l’ordre chromatique des arcs-en-ciel. Pinceaux et tubes refermés attendaient alors sagement à sa gauche, tandis qu’il respirait doucement cette enivrante odeur provenant de sa palette sur sa main droite. Il le savait, il devait rendre cette peinture pour le mois suivant. C’était court, mais l’homme de 35 ans n’en était plus à son premier coup d’essai. Il pouvait relever ce défi.

Nue. Elle se sentait dénudée face à lui. Pourtant, il ne lui avait pas demandé de se dévêtir. Il lui avait montré le tabouret au milieu de la pièce et l'avait invitée à s’asseoir. Keomany avait ôté ses chaussures, des bottines rouge bordeaux à talons qui lui faisaient saigner les pieds, et effleurait le sol recouvert de papiers-journaux, dont les tâches de peinture camouflaient les nouvelles du jour. Elle portait un pull ample, couleur jaune moutarde, par-dessus une chemise bleu marine à rayures qui lui arrivait au niveau des cuisses. Son legging noir était troué entre les jambes, et elle espérait qu'il ne le remarquerait pas, même si, déformation professionnelle oblige, il était attentif aux détails. Malgré ces couches de vêtements, elle avait l’impression qu'il pouvait lire à travers elle.

« Prends une pose naturelle. » lui avait-il dit. C’était la seule consigne qu'il lui avait donnée. Keo avait pris place sur ce siège en bois, les jambes serrées contre elles-mêmes, les bras croisés, et la tête haute pour lui faire face. Elle le voyait de temps à autre caresser sa toile avec son pinceau en fronçant des sourcils, se mordre les lèvres avant d'entreprendre de changer d’ustensile, ou encore plisser les yeux pour mieux visualiser les couleurs. Quand il remettait de la gouache sur sa brosse, il leur arrivait de croiser leurs regards. Il donnait l'air de scruter chacun de ses tremblements, d’analyser le pli de ses habits bien trop grands, et de trouver les défauts dans le peu de grain de peau qu'elle avait consenti à dévoiler. Elle finissait par abandonner et détournait les yeux vers le studio parisien. Les moulures des murs, la boiserie du parquet, la hauteur du plafond, les voilages des fenêtres devenaient alors cent fois plus intéressants que l’artiste qui mettait son cœur à découvert.

A suivre

Vous connaissez un auteur talentueux ?

Inscrivez-vite son adresse email, nous lui enverrons une invitation pour qu’il découvre notre plateforme collaborative !