Ce site est encore en développement. N’hésitez pas à nous faire savoir si vous rencontrez un bug. Merci de votre aide :)

Oeil au beurre noir

Retour à l'arbre

Contributions précédentes de la plus ancienne à la plus récente

Participez au premier atelier d'écriture olfactif en partenariat avec le labo de l'édition ! De nouveaux rendez-vous sont prévus d'octobre à décembre 2018 au Labo de l'édition à Paris. Vous pouvez aussi envoyer vos textes à partir de notre site. 

J’ai du mal à respirer. J’ai le nez bouché. Ma mère saura sans doute quoi faire pour m’aider.

Je suis déjà couché mais je me risque hors de mon lit douillet pour aller réveiller ma mère. En fait, elle ne dort pas encore. Elle regarde la série policière « Columbo », qu’elle affectionne tant.

Elle me regarde dans mon pyjama avec ses yeux attendris. Elle doit se demander ce qui m’amène ici à cette heure tardive. Je lui explique que je suis enrhubé du nez et je suis pris au niveau de la poitrine. J’ai du mal à respirer et ça me gène pour dormir.

Alors, comme à notre habitude, je monte sur ses genoux.

Elle me fait un câlin et un bisou. Ses gestes ont le don de me détendre et de me faire croire que tout est possible. Elle pose alors son oreille sur ma poitrine. Elle écoute attentivement. Le diagnostic semble simple à établir et la solution d’ores et déjà trouvée. Elle me pose devant la télé et part chercher le baume Vikx Vaporub.

J’enlève alors mon haut de pyjama. Elle me passe du baume sur la poitrine et dans le haut du dos. Je reconnais cette odeur si familière. De l’eucalyptus. De l’eucalyptus des pandas. J’adore les pandas. D’ailleurs, mon doudou était un panda.

Je respire enfin mieux. Je me dis qu’elle est quand même forte ma mère.

Bon maintenant, je n’ai plus sommeil. J’ai pas envie de retourner me coucher.

Ma mère m’installe près d’elle dans le canapé. Je regarde moi aussi « Columbo » en plein milieu de la nuit. Je crois que quelque part, ça fait plaisir à ma mère aussi.

Je regarde mais j’ai de plus en plus de mal à rester éveiller. Je crois que je m’en…

L’odeur d’eucalyptus est tellement forte, elle devient de plus en forte, , soudain je sens quelque chose de chaud et doux, tout contre mon visage, et cette odeur d’eucalyptus si proche, j’ouvre un œil et là ,je vois unénorme panda qui me regarde aussi avec son œil au beurre noir, il me fourre des feuilles d’eucalyptus dans la bouche avec une douceur toute maternelle, et j’ouvre la bouche , et je mâche, et je trouve ça bon

Il me parle de son pays, de ses douces montagnes, de ses cerisiers en fleurs, et puis il se lève lourdement, et me dis «  fils, c’est mon dernier jour ici, je m’enfuis vers mes montagnes, mes cerisiers en fleurs, viens avec moi, tu verras là bas, les enfants sont si heureux

Viens ! et il me tend une patte toute douceet parfumée à l’eucalyptus, je le suis , il court et malgré son corps énorme, il file tel un boulet blanc et noir, grimpant sur les arbres, tournoyant dans les airs, je me sens léger,mon souffle rapide accompagne ses grognements, et nous voilàloin du zoo de Vincennes, mon panda regarde une dernière fois les grilles vertes du zoo,et voir briller son œil au beurre noiret je crois lire un sourire sur sa face

Déjà les bustraversent l’avenue en klaxonnant je tiens serré la pattes de mon ami, mon cœur bat

A suivre

Vous connaissez un auteur talentueux ?

Inscrivez-vite son adresse email, nous lui enverrons une invitation pour qu’il découvre notre plateforme collaborative !