Ce site est encore en développement. N’hésitez pas à nous faire savoir si vous rencontrez un bug. Merci de votre aide :)

Qui aime la jeunesse, aime la mer

Retour à l'arbre

De mes souvenirs d’enfance, il y a en a un de plus vivace que les autres qui me vient à l’esprit. Il m’arrive même d’y repenser sans le vouloir. Lorsque nous habitions encore la région brestoise, mes parents avaient une maison. Ils l’avaient construites eux-mêmes et de toutes les pièces, une m’a marqué sans même le vouloir. Au-dessus du garage, se trouvait une sous-pente pas très haute, ce qui était largement suffisant pour moi à l’époque, un peu moins pour mes parents qui ne pouvaient se mettre debout sans risquer de se cogner au plafond. On y avait installé toutes sortes d’affaires. C’était un peu le débarras de la maison, et on y retrouvait les cartons de livres de mon père ou encore les jeux de société les moins utilisés ; et je ne citerais pas le Monopoly de la discorde ici. Surtout on y avait installé l’ordinateur. Je ne parle pas du vieil Apple-2-E qui se trouvait dans ma chambre et qui tournait encore à coup de disquettes, mais bel et bien d’un ordinateur sous Windows 95 avec de véritables CDs ! N’ayant pas de véritable bureau, on y jouait allongés ou assis. Pour ma part, je participais en me contentant de regarder les autres jouer, cela contribuait à mon plaisir de voir les histoires des jeux avancer.

Pourquoi cette pièce plutôt qu’une autre me direz-vous ? J’y passais le temps avec ma sœur parfois, je lisais des BD sur le sol inconfortable qui constituait cette sous-pente et elle jouait à l’ordinateur. Ce sol, un amas entremêlé de cordes dures qui faisait mal aussi bien aux pieds qu’aux fesses posées dessus, et je ne vous parle même pas de s’allonger. Mais ce n’est pas ce qui me vient en premier quand j’y pense. Non, ce qui me vient en premier c’est le parfum singulier qu’il porte, un savant mélange à mi-chemin entre l’herbe, le bois et la poussière. Même si pour cette dernière je crois qu’elle n’était pas liée au sol lui-même. Si je devais donner à un roseau une odeur, ce serait sûrement celui-là. Et si chaque personne doit porter une madeleine de Proust dans son cœur, alors voici la mienne sans hésiter. 

A suivre

Vous connaissez un auteur talentueux ?

Inscrivez-vite son adresse email, nous lui enverrons une invitation pour qu’il découvre notre plateforme collaborative !