Ce site est encore en développement. N’hésitez pas à nous faire savoir si vous rencontrez un bug. Merci de votre aide :)

Tea Party en Normandie

Retour à l'arbre

« Lord Wellington, prendrez-vous un sucre ou deux avec votre thé ? » demanda Aurore de sa petite voix enfantine, avec une pointe d’agacement. Elle avait sur son visage l’expression austère de la nourrice anglaise de bonne famille que l’on vient de froisser en faisant montre de mauvaises manières.

Devant elle, une petite table ronde de jardin en fer blanc dont les pieds aux arabesques finement ciselées venaient s’enraciner dans la pelouse fraîchement tondue du petit jardin de la maison de campagne des Harris. Autour de la table, trois chaises de jardin assorties sur lesquelles reposaient trois élégants coussins brodés aux motifs argentés. A la droite de la petite fille, se tenait immobile une poupée de porcelaine vêtue de sa robe du dimanche, d’un rouge carmin éclatant contrastant avec sa peau de nacre et ses petits souliers noirs vernis. Protégée du soleil d’un petit bonnet de dentelle, Sally - c’est ainsi que se nomme la poupée - assistait silencieusement à la scène, esquissant ce sourire en coin qui ne la quittait jamais. En face d’Aurore, était assis un automate vêtu d’un uniforme bleu nuit sur le torse duquel était accroché des galons rutilants de commandant. Son monocle et ses sourcils en feutrine broussailleux lui donnait un air sévère. Il semblait impatient que la situation se dénoue mais lui aussi ne pipait mot. Toute l’attention d’Aurore toutefois était tournée vers son convive de gauche, l’Ours en peluche Wellington dont le silence impoli l’agaçait au plus haut point. Elle avait passé des heures à préparer cette tea party, obtenant la suprême permission de sa mère d’user du petit service en porcelaine et ce ronchon d’ourson gâchait la fête. Les vapeurs de thé fumant qu’elle avait versé dans les tasses de ses hôtes s’élevaient dans les airs, embaumant l’espace immédiat d’une douche odeur de menthe poivrée. Mais si l’ourson s’entêtait à ne pas vouloir répondre, il allait refroidir et ce serait une catastrophe. Tout le monde sait pourtant que le thé froid est imbuvable…

A suivre

Vous connaissez un auteur talentueux ?

Inscrivez-vite son adresse email, nous lui enverrons une invitation pour qu’il découvre notre plateforme collaborative !